Document précédent Document suivant
Cliquez pour zoomer dans l’image
Procès-verbal d’arrestation de Roger Marceau Lozes pour outrage à l’armée, 3 août 1914. AdN 2 R 1346
Cliquez pour zoomer dans l’image
Lettre de Roger Lozes à Mme Richez, sa logeuse, 7 août 1914. AdN 2 R 1346
Cliquez pour zoomer dans l’image
Lettre de Roger Lozes au juge d’instruction, 10 août 1914. AdN 2 R 1346
Cliquez pour zoomer dans l’image
Lettre de Roger Lozes au « camarade » Loqueneux, 10 août 1914. AdN 2 R 1346
Cliquez pour zoomer dans l’image
Rapport sur l’affaire Roger Lozes inculpé d’association de malfaiteurs, injures, cris séditieux, et propagation de fausses nouvelles, 23 octobre 1914. AdN 2 R 1346
Cliquez pour zoomer dans l’image
Déposition d’Aloïs Lien relative à l’inculpation d’Albert Bleuzet pour provocation de militaires à la désertion, 11 août 1914. (condamnation : 8 mois de prison). AdN 2 R 1346
Cliquez pour zoomer dans l’image
Lettre de repentir d’Albert Bleuzet au juge d’instruction, 12 août 1914. AdN 2 R 1346
Cliquez pour zoomer dans l’image
Rapport sur les faits reprochés au brigadier Cognot accusé de « Abandon de poste en présence de l’ennemi », 1er novembre 1914. AdN 2 R 1348
Cliquez pour zoomer dans l’image
Procès-verbal d’information concernant l’affaire Cognot, 3 novembre 1914. AdN 2 R 1348
Cliquez pour zoomer dans l’image
Procès-verbal d’interrogatoire de Cognot, 20 novembre 1914. AdN 2 R 1348
Cliquez pour zoomer dans l’image
PV d’interrogatoire et de confrontation, Conseil de Guerre permanent de la 1e Région de Corps d’armée (Lille), 15 août 1914. AdN 2 R 1345
Cliquez pour zoomer dans l’image
Signalement de désertion par le chef de bataillon, dépôt du 132e régiment territorial d’infanterie, 20 octobre 1914. AdN 3 U 2/527
Cliquez pour zoomer dans l’image
PV d’arrestation de la gendarmerie d’Armentières. AdN 2 R 1345

Un patriotisme sous surveillance

En 1914, l’élan patriotique et l’Union sacrée semblent avoir balayé les dissonances antimilitaristes et pacifistes. La mobilisation générale est accueillie avec un certain enthousiasme.

Cependant la surveillance des autorités ne se relâche pas. La chasse aux oiseaux de mauvais augure, aux déserteurs est ouverte. De nombreuses inculpations ont lieu dans les premiers jours de la guerre.

Ce sont les tribunaux militaires qui instruisent ces affaires car l’état de siège déclaré le 4 août 1914 les rend compétents pour juger les crimes et délits commis contre la sûreté de la République, contre l’ordre et la paix publique. Leur compétence est rétroactive et s’étend même aux individus non militaires. Insoumission à la loi sur le recrutement, outrages, excitation à la désertion, injures à l’armée, abandon de poste…sont autant de chefs d’inculpation qui aboutissent parfois à des peines très lourdes.